La Place, une expérience atypique

La Place était un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) géré par l’association Le Relais Ozanam à Grenoble qui a ouvert ses portes en 2008 et les a fermé en 2011. Il avait pour vocation d’accueillir dix-neuf personnes en errance, femmes ou hommes (isolés ou en couple), désocialisés et vivant à la rue, particulièrement celles accompagnées d’animaux. L’objectif était d’offrir un hébergement sur une durée non-limitée, à seuil d’exigence adapté, conçue autour d’un séjour souple et individualisé.

Durant trois ans, l’équipe et les habitants de La Place ont construit et partagé un quotidien autour d’un projet social intégrant des axes forts tels que la non-contractualisation de l’accompagnement ou l’inconditionnalité de l’accueil. Soutenus par l’association Le Relais Ozanam et par les nombreux partenaires et bénévoles, ils ont réussi à réfléchir main dans la main sur des sujets complexes comme l ‘accueil des animaux au sein de la structure ou la pratique de réductions des risques liés aux usages de drogue.

Le 26 juin 2011, La Place a fermé faute de  moyens financiers. Il est difficile d’expliquer en quelques lignes comment un lieu reconnu de tous a pu disparaitre. C’est évidemment paradoxal lorsque le nombre de personnes à la rue reste aussi important. à travers ce livre, nous espérons témoigner de la pertinence d’une structure sociale comme La Place et  plus largement de la nécessité d’apporter des réponses sociales respectant à la fois la dignité, la  parole et les droits des personnes accompagnées ou hébergées.

C’est  cette histoire que nous avons souhaité raconter dans un livre…

Bookmark the permalink.

One Comment

  1. Je souhaite faire un commentaire simplement pour vous dire que j’ai pris le temps à travers ce message de découvrir cette ex-structure d’accueil. Je suis entrain de me former au métier d’éducateur spécialisé et tout en me dirigeant vers la date d’obtention du diplôme que je prépare, je m’aperçoie que les politiques menées actuellement dans notre pays vont à l’encontre des valeurs que je cotoie dans le secteur social et que je partage.
    Je suis triste de constater que l’on privilégie de plus en plus l’enrichissement d’une poignée d’individus au détriment de la considération et du soutien que l’on doit au plus vulnérables. Je choisie tout de même de tenter de lutter en m’associant à la marée d’énergie qui croit encore aux valeurs d’entraides et de solidarités.
    Je suis de tout coeur avec vous!!
    Linda.

Laisser un commentaire